La France

En septembre 2013, nous avons passé quelques jours en France, cela ne nous était plus arrivé depuis longtemps. Les routes sont devenues meilleures, les lits d’hôtel ont des matelas confortables, les chauffeurs de camion roulent toujours comme des fous, la culture du repas est toujours là et les gens sont polis mais réservés. On le voit, beaucoup de choses ont changé (à l’agréable), mais il y a des habitudes qui ont la vie dure. Et ce qui frappe à chaque fois, c’est le paysage sauvage. Il me semble que l’agriculture est moins intensive, on laisse pousser des haies et des arbres isolés, on ne cherche pas le profit maximal à tout prix.

L’Auvergne est une région d’origine volcanique du Massif central. Ce qui donne un panorama mouvementé, voire accidenté. Ça monte, ça descend sans arrêt et chaque virage réserve une nouvelle vue spectaculaire. On y trouve des volcans classiques, mais aussi des roches gigantesques, nées d’une éruption de magma extrêmement visqueux qui s’est solidifié tout de suite après l’éruption. Ce magma ne coule donc pas comme d’habitude et ne crée pas la forme typique d’un volcan (Roches Tuilière et Sanadoire).
Le Puy de Dôme est un volcan classique à quelques kilomètres de Clermont-Ferrand, à 1465 m d’altitude. Jusqu’en 2012, une route montait en spirale jusqu’au sommet du volcan. Sur le tracé de l’ancienne route, on a construit un train à crémaillère (http://www.panoramiquedesdomes.fr). Et le touriste venant de la petite Suisse constate, avec un certain étonnement, que le matériel a été livré par Stadler Rail à Bussnang. Au sommet, la vue est particulière, à 360°, mais donnant sur une plaine et non pas sur d’autres sommets de montagnes comme chez nous.

Voir les images (pour voir l’endroit sur GoogleMaps dans la vue «image par image», cliquez sur l’icôneMapnMarker_gray-20pxen haut à droite )

http://fr.wikipedia.org/wiki/Auvergne

 

Clermont-Ferrand, capitale de l’Auvergne, avec ses maisons d’angle, ses magasins, ses bistrots où l’on obtient du café ou du thé, mais pas de croissants pour le petit-déjeuner. Un beau patrimoine architectural, de belles maisons bourgeoises, mais aussi de petites rues négligées et des maisons abandonnées.
Vichy, station thermale et capitale d’une France collaboratrice durant la guerre. Il y souffle une odeur d’une grandeur révolue, la splendeur d’une époque disparue. C’est comme une aristocrate qui, voyant approcher la fin de sa vie, se rappelle encore de sa grandeur d’antan.

Voir les images

 

 

La Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption de Clermont-Ferrand est une des plus belles églises gothiques que j’ai visitées. Non pas pour sa richesse ou sa grandeur, mais il y règne un esprit de sérénité et de dignité qui m’a fortement impressionné. Et du reste, des églises, dans la région, il y en a partout.

En rentrant, nous avons fait escale à Cluny, trente ans après notre première visite. En fait, il n’y a pas grand-chose à voir de la «plus grande église de la chrétienté de l’époque». Cluny vit, elle aussi, de l’esprit d’antan. Tout de même, des fouilles, réalisées dernièrement, montrent quelques restes des fondations et mettent en évidence l’ancienne immensité de ce complexe.

Voir les images

One thought on “La France

  1. Cher Michaël,
    A travers ton voyage en Bourgogne et en Auvergne, on y découvre également l’ authenticité d’ une certaine ” France profonde” ( selon la formule) et cette impression parfois, d’ un temps arrêté…la nature paraît encore sauvage..et le patrimoine culturel
    est très riche en églises, comme tu nous le montres, avec de magnifiques photos, no-
    tamment celle de l’ Abbaye de ” Clermont-Ferrand”, qui t’ a beaucoup impressionné.
    Merci pour ce beau ” pélerinage” méditatif…
    Bien amicalement.
    Catherine + Serge

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *